Le SNES salue les propositions des élus et note avec son confère l’absence de la prise en compte de dimension économique

Le rapport des députés LREM Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue sur le “continuum de sécurité” ne met “pas suffisamment en avant les difficultés économiques du secteur de la surveillance humaine”, estiment les présidents de l’USP et du SNES, lors d’une conférence de presse commune le mercredi 12 septembre 2018. «Alors que la création du CICE, en 2013, a conduit la plupart des entreprises du secteur à réduire leurs marges – revenues au niveau extrêmement bas d’il y a cinq ans”, estime Pascal Pech, «la réforme du dispositif prévue pour 2019 risque d’être extrêmement brutale… C’est une dimension insuffisamment prise en considération qu’il faut absolument intégrer au regard de l’urgence de la mise en œuvre des propositions avancées”.

Pascal Pech, Président SNES, salue pour autant avec grande satisfaction les propositions des élus destinées à encadrer davantage les activités de sécurité privée : «l’instauration d’une garantie financière, l’encadrement de la sous-traitance, la responsabilisation du donneur d’ordres ou encore la certification des entreprises – sont perçues comme “des outils qui peuvent permettre d’inverser la spirale négative des prix bas. Ce sont d’ailleurs, pour la plupart, nos 15 propositions stratégiques. Mais il faut avant tout un changement de mentalité dans l’achat de prestations de sécurité, en particulier au sein des administrations publiques.”

Concernant les propositions de confier au secteur privé des tâches aujourd’hui exercées par les forces de l’ordre, Pascal Pech précise que “seule une politique de ‘mieux-disance’ nous permettra d’avoir une vraie démarche de recrutement, de formation, d’encadrement. Il ne faut pas oublier que l’objet social des entreprises est d’être rentables, de créer de la valeur ! ».

Enfin, le Président du SNES n’a pas manqué de revenir à nouveau sur « le signe fort auprès des agents de sécurité privée d’aujourd’hui et de demain que constituerait ENFIN la mise en place la plus immédiate par les pouvoirs publics d’une protection juridique renforcée au regard de leur exposition et contribution à la sécurité générale”. Une demande SNES de longue date, jamais satisfaite…

 

Télécharger Rapport Thourot-Fauvergue sur le continuum de sécurité